Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Photos © DR

Photos © DR

Émouvant, Tragique Burlesque.

Jean Cocteau a écrit ce vaudeville-tragi-comédie au côté de Jean Marais auquel il dédiait le rôle de Michel le fils de famille. Elle fut jouée au théâtre des Ambassadeurs en 1938 mais fut vite interdite, reprise en 1941 au théâtre des Bouffes Parisiennes puis re- interdite. Cocteau était accusé de mettre en scène l’inceste ainsi qu’un tableau de la famille bourgeoise non reluisant. Elle fut reprise en 1945 et connu un franc succès en 1977 au Théâtre Antoine avec Jean Marais.

Christophe Perton lors d’une vente aux enchères à Drouot, tombe en possession du manuscrit original Des parents terribles, les versions que nous connaissons ont été censurées.

« Le manuscrit de 1938 : il est rempli de variantes, de scènes inédites, de répliques sublimes, d’une poésie invraisemblable. C’est une version plus scandaleuse » Ch.P

Entouré d’une merveilleuse équipe de comédiens « Muriel Mayette-Holtz, Charles Berling, Maria de Medeiros, Émile Berling, Lola Créton »  dans une somptueuse scénographies art décor, Christophe Perton nous offre un succulent moment théâtral.

Photos © DR

Une histoire de famille assez sulfureuse. Yvonne « Muriel Mayette-Holz » est une femme dominatrice, capricieuse, portant un amour démesuré et dévorant pour son fils Michel. Son époux, Georges  « Charles Berling » vie dans son monde, s’accommodant des caprices et des humeurs de son épouse. Tous deux vivent avec leur fils Michel « Emile Berling » au crochet de Léonie « Maria de Medeiros » , ex fiancée de Georges qui lui a préfèré sa sœur Yvonne.

Nous faisons connaissance de ce petit monde lorsqu’une nouvelle intrue fait irruption dans la famille. Michel vient de rencontrer une jeune femme dont il est très amoureux Madeleine « Lola Créton ».

Photos © DR

 

Tout irait bien le meilleur des mondes mais Yvonne est une mère Œdipienne, jalouse à l’hystérie, Georges un époux ayant succombé au charme d’une jeune femme qui n’est autre que Madeleine le récent amour de son fils. N’oublions point que Léonie est toujours amoureuse de Georges…Quelle famille et bravo à ces fabuleux comédiens.

 

 

Jean Cocteau est avant tout un poète, les mots sont beaux, puissants nous sommes émus, chamboulés par le drame intime qu’éprouve les différents personnages et amusés par l’enchaînement des événements vaudevillesques. C’est un chef d’œuvre.

La mise en scène de Christophe Perton est orchestrée avec minutie, les scénettes s’enchainent avec dynamisme, puissance et intensité. Le burlesque et la tragédie se côtoient avec finesse et subtilité. La scénographie est d’une grande esthétique. Le tableau final vous réserve une belle surprise…

 

Photos © DR

Muriel Mayette-Holtz, est hallucinante et extraordinaire dans le rôle de cette mère possessive, aimant son fils d’un amour inconditionnel, meurtrie par la jalousie  à en perdre la raison.

Charles Berling, incarne avec grand brio ce mari soumis mais infidèle,  perdu et blesser par l’abandon de sa jeune maitresse.

Maria de Medeiros, interprète avec grande finesse Léonie mystérieuse amoureuse éconduit, se sacrifiant corps et bien pour cette famille.

Émile Berling et Lola Créton nous enchantent par la justesse de leur jeu.

Merci à tous pour ce magnifique moment de theatre.

Claudine Arrazat
 

Une pièce de Jean Cocteau Adaptation décor et mise en scène Christophe Perton

Collaboration artistique Camille Melvil Musiques Emmanuel Jessua Lumières Éric Soyer Costumes Agnès Falque

Régie générale Pablo Simonet Production : Scènes et Cités – Lyon / Compagnie théâtrale conventionnée par le

ministère de la Culture et la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Coproduction : Théâtre National de Nice - CDN Nice

Côte-d’Azur Le Liberté - scène nationale Chateauvallon-Liberté - Radiant-Bellevue Caluire/Lyon

Remerciements au Comité Jean Cocteau

Théâtre Hébertot   78 bis bd des Batignolles 75017

Reprise à partir du 22 février 2023 60 représentations exceptionnelles Du mercredi au samedi à 20h30, samedi 15h et dimanche à 15h30

Tag(s) : #TH.Hébertot, #Critiques