Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

©simon_gosselin

©simon_gosselin

Avant de nous présenter « Les frères Karamazov » en novembre, Sylvain Creuzevault   met en scène pour notre grand plaisir « Le grand inquisiteur » extrait fort et conte philosophique du roman.

En prenant place dans la salle, nous observons deux comédiens affichant sur le rideau de fer de la scène, deux inscriptions

Dieu éternel. Ainsi soit-il.

Éternelle rébellion ? Quoi qu’il en soit.

©simon_gosselin

Sur l’avant-scène, dans la lumière, les deux comédiens s'avancent vers nous, Yvan et Aloicha se présentent. Nous sommes  captivés et nous partons en leur compagnie dans cette magnifique allégorie.

Yvan (Sylvain Creuzevault) a imaginé un conte qu’il raconte à son jeune frère Aloicha (Arthur Igual).

Ce long poème est une parabole sur la liberté, le bonheur, la nature humaine,  le despotisme et absurdité du monde.

Nous sommes à Séville pendant l’inquisition. La veille des centaines d’hermétiques se sont fait brûler sur le bucher. Le Christ revient discrètement, mais la foule le reconnait et lui demande d’accomplir quelques miracles…

Soudain le « grand inquisiteur » apparait, c’est un vieillard au visage desséché, vêtu de sa toge de religieux, il observe, lève le doigt et ordonne de jeter le christ en prison. Le peuple soumis lui obéit.

©simon_gosselin

Le rideau de fer se lève, sur le plateau règne une atmosphère monacale.

Dans la pénombre apparait le grand inquisiteur (Sava Lolov) impressionnant et effrayant.

« Pourquoi es-tu venu nous déranger ? »

« L’homme a besoin de sécurité et de pain et non de liberté ».

Le christ subit muet ce réquisitoire sous l’œil étonné du pape.

Ce texte d’une grande richesse nous transperce le cœur.

Le Christ condamné, un bruit sourd retenti, la scène est inondée par la lumière froide des néons et nous allons de surprises en surprises.

©simon_gosselin

 

Sylvain Creuzevault fait entrer en scène des figures politiques connus de tous qui vont nous faire sourire, frémir et tressaillir. Sous ces caricatures décapantes des vérités surgissent.

« Le grand inquisiteur se loge partout et de tout temps »

Les comédiens talentueux nous émeuvent, nous questionnent, nous font  frissonner et parfois nous font sourire avec grand brio.

La mise en scène de Sylvain Creuzevault met en valeur la profondeur, la beauté et la force de ce texte inépuisable et intemporel.

Merci à tous et à bientôt pour Les frères Karamazov

Claudine Arrazat

 

 Avec

Nicolas Bouchaud Heiner Müller

Sylvain Creuzevault Ivan Karamazov

Servane Ducorps Donald Trump

Vladislav Galard Le pape

Arthur Igual   Aliocha Karamazov, Jésus et Karl Marx

Sava Lolov Le Grand Inquisiteur

Frédéric Noaille Margaret Thatcheret le journaliste

 

Festival d'Automne à Paris

Création — durée estimée 1h45

25 septembre – 18 octobre - Odéon 6e

Traduction françaiseAndré Markowicz

ADaptation Sylvain Creuzevault dramaturgie Julien Allavena

ScénographieJean-Baptiste Bellon

LumièreVyara Stefanova

Création musiqueS ylvaine Hélary Antonin Rayon

Costumes Gwendoline Bouget

Maquillage  Mityl BrimeurJudith Scotto

Masques Loïc Nébréda

Son Michaël Schaller

Vidéo Valentin Dabbadie

 

 

Tag(s) : #Th de L'Odéon, #Critiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :