Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Photo Frédéric Buira

Photo Frédéric Buira

Émouvant, Captivant, Éloquent.

1942 Albert Camus (1913-1960) publie L’étranger, Maria Casarés (1922-1996) débute sa carrière au Théâtre des Mathurins.

En Juin 1944, nos deux compères se croisent chez Michel Leiris. Albert Camus tombe sous le charme de Maria Casarès, sensible à son talent il lui confie le rôle de Martha pour la création du Malentendu. Durant la nuit du Débarquement, Albert Camus et Maria Casarès deviennent amants.

Ils se quittent quelques mois plus tard lors de l’arrivée en France de Francine l’épouse d’Albert.

En Juin 1948 ils se retrouvent, seule la mort accidentelle d’Albert Camus en 1960 les séparera.

Albert Camus et Maria Casarès éloignés l'un de l'autre durant  de longues semaines de par leurs engagements familiaux, politiques ou artistiques, ont entretenu une belle et émouvate relation épistolaire, 865 lettres’. En 2017, Catherine Camus publie cette correspondance.

Photo Frédéric Buira

En pénétrant dans  la salle  Piccola du théâtre de la Scalla, nous sommes plongés instantanément au sein des années d’après-guerre, un poste de TSF émet des informations. Nous entendrons la voix d’Albert Camus à travers des interviews ainsi que celle de notre grand Gérard Philippe. (La retransmission de l’hommage fait à notre Grand Prince d’Avignon nous chavire.) 

Dans une mise en scène sobre et magnifiquement orchestrée par Elisabeth Chailloux, Jean-Marie Galey ‘Albert’ et Teresa Ovidio ‘Maria’, nous dévoilent cette correspondance pour notre plus grand plaisir.

Le jeu d’ombres et de lumières de Franck Thévenon intensifie nous émotions.

Photo Frédéric Buira

A travers le récit des voyages, des conférences, des activités politiques, des obligations familiales d’Albert Camus et des tournées théâtrales de Maria Casarès,  nous découvrons l’intensité de leur amour. Nous revivons la vie politique, les combats et la création artistique   de cette époque , (la naissance du festival d’Avignon, Jean Vilar, Gérard Philippe..).

 

Jean-Marie Galey et Teresa Ovidio nous font vibrer et nous enchantent. Ils nous content cette correspondance enflammée à travers laquelle Albert Camus et Maria Casarès se vouent une passion ardente et un désir brulant.

Intime et Émouvant moment de théâtre.

Claudine arrazat

Avec Jean-Marie Galey et Teresa Ovidio Mise en scène Elisabeth Chailloux Lumières Franck Thévenon Son Thomas Gauder Chorégraphie réglée par Sophie Mayer

D’après la correspondance Albert Camus - Maria Casarès 1944-1959 Éditions Gallimard

Du 6 janvier au 29 janvier Vendredi et samedi à 19h30, relâche le 20 janvier Dimanche à 14h30 Durée 1h20 La Piccola Scala

Tag(s) : #Th La Scala, #Critiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :