Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Photo-Simon-Gosselin

Photo-Simon-Gosselin

Bouleversant, Poignant, Éloquent.

Nous connaissons Marguerite Duras (1914-1996), grande dame de la littérature française, Prix Goncourt 1984 pour l’Amant. Marguerite Duras est également  une femme très investie politiquement. En 1960, elle signe  " le Manifeste des 121" qui prône la désobéissance militaire et l'indépendance de l'Algérie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s'engage dans la résistance aux côtés de son mari Robert Antelme qui fut arrêté et parqué dans le camp de Dachau comme prisonnier politique.

Photo-Simon-Gosselin

Marguerite Duras a écrit La douleur en 1985. Elle y conte l’insupportable attente du retour de déportation de son compagnon, Robert Antelme, alias Robert l .

« La douleur est une des choses les plus importantes de ma vie. Le mot « écrit » ne conviendrait pas » Marguerite Duras

Ce texte a été mis en scène par Patrick Chéreau et Thierry Niang en 2008 et interprété par Dominique Blanc, sociétaire de la comédie française.

Aujourd'hui, Dominique Blanc reprend avec grand brio et pour notre plus grand plaisir « La douleur ».

Dans une scénographie sobre qui a permis à Dominique Blanc de présenter ce spectacle aux quatre coins du monde: au Japon, au Brésil, en Indochine...

Côté cour,  un  bureau sur lequel sont posés quelques cahiers, une pomme, des stylos...Côté jardin quelques chaises alignées. 

Marguerite Duras apparait sous nos yeux comme par magie feuilletant un des écrits posés sur son bureau, dés le premier instant, nous sommes captivés.

J'ai retrouvé ce journal dans deux cahiers des armoires bleues de Neauphle-le-Château. Je n'ai aucun souvenir de l'avoir écrit.Je sais que je l'ai fait, que c'est moi qui l'ai écrit…

La voix  chaleureuse  de Dominique Blanc résonne dans ce magnifique théatre à l'Italienne de l'Athénée. Ses mots s’envolent et viennent nous frapper en plein cœur, ses silences sont  éloquents. Dominique Blanc donne une grande ampleur à la puissance de ce texte. Nous sommes chavirés, l’émotion nous submerge.

Photo-Simon-Gosselin

Marguerite Duras évoque la douleur d’espérer et d’attendre, la douleur de l'impuissance,   la douleur de l’atrocité des camps, la douleur de  l’état ravagé et anéanti  des survivants.

Nous la suivons  au sein du ‘Journal Libre’ investie dans le  service Des Recherches, essayant d' informer  les familles des prisonniers des leurs.(journal dont François Mitterrand alias Morland est directeur).

De nombreuses questions nous inquiètent et  nous ébranlent tout au long de ce poignant récit.

Son époux reviendra-t-il ?

Morland l’aidera-t-il ?

Le dialogue sera-t-il encore possible après tant de souffrance ?

Robert L renaitra-t-il de ses cendres ?

La mise en scène de Patrice Chéreau et de Thierry Thieû Niang est orchestrée avec grande minutie et intensifie la force des mots,. nous sommes captivés.

Un moment de grand théâtre qui nous émeut, nous bouleverse et nous envoute.

Claudine Arrazat

 

Photo-Simon-Gosselin

Sous l'oeil de Thierry Thieû Niang
Création et régie lumière Gilles Bottachi , Régie générale Paul Besnard

Production : Les Visiteurs du Soir
Le texte de Marguerite Duras La Douleur est publié chez P.O.L.

. Du 23 novembre au 11 décembre 2022 à 20h, dimanche à 16h à L’Athénée Théâtre Louis Jouvet, 2-4 square de l’Opéra Louis-Jouvet 75009 - 

Du 13 au 18 décembre, Théâtre des Bernardines, Marseille. Le 23 mai 2023, Maison des Arts, Thonon-les-Bains. Le 25mai, Le Mail, Soissons. Les 30 et 31 mai à La Coursive, La Rochelle. Les 2 et 3 juin, Théâtre National de Nice. Du 6 au 8 juin, MC2, Grenoble. Le 13 juin, Anjou Festival, Angers.

Tag(s) : #Th de L"athénée, #Critiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :