Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

photo Nicolas Clauss

photo Nicolas Clauss

Pétulant, Réjouissant, Éloquent

Ahmed Madami nous présente son troisième volet de Face à leur destin après

L’Illumination 2012 : Neuf jeunes de quartiers populaires nous invitent à passer de l'autre côté du miroir. On suit leur histoire sur trois générations dans un tourbillon de scènes drôles et émouvantes. La guerre d’Algérie en fond de trame.

F(l)ammes 2016 : Nées de parents immigrés, elles sont seules expertes de leur réalité, de leur féminité. Qui sont ces jeunes femmes des quartiers ? Quel est leur place au sein de la famille et du quartier ?

Comme à son habitude Ahmed Madani rencontre et dialogue avec les jeunes des quartiers pour écrire ses textes puis les mets en scène avec certains d’entre eux.

« Investir les scènes de France pour y faire entendre la voix d’une jeunesse rarement entendue, y amener d’autres corps, d’autres visages, d’autres histoires, poussé par un vent de liberté, de joie et d’espérance » A.M

©françois Louis Athenas

Ces jeunes 'non professionnels' mais plein de fougue vont nous parler de leur rapport à la sexualité sujet tabou dans leur famille.

Aboubacar Camara, Ibrahima Diop, Virgil Leclaire, Marie Ntotcho, Julie Plaisir, Philippe Quy, Merbouha Rahmani, Jordan Rezgui, Izabela Zak  se présentent et chacun imagine plus ou moins la sexualité de leurs parents en mimant avec humour et exubérance l’acte ultime qui les a conçus.

©françois Louis Athenas

 

Après s’être intéressé à la vie sexuelle de leur parent, ils nous parleront sans pudeur, avec vérité et grande honnêteté de leurs expériences, de leurs craintes, de leurs déboires...

 

 

Les questions fusent, dans la cité on vous voit, on vous juge et la réputation est importante.

Dans les familles, il y a les traditions, la religion et les interdits.

Sans tabou ils nous content leur première fois, leur premier baiser mais s'interrogent aussi sur la masturbation, sur l’homosexualité et malheureusement nous informent du viol subit par certains.

Tous ne cherchent qu’une chose, trouver l’Amour.

L’écriture d’Ahmed Madani est vraie, forte et puissante. Tous ces jeunes en prennent pleinement possession avec talent et conviction.

La mise en scène est dynamique, les monologues, les dialogues, les chorégraphies et les chants s’enchainent avec une énergie qui débordent du plateau.

©françois Louis Athenas

 

Une jeune fille hypnotise la salle avec l'Avé Maria de Gounod. C’est un moment magique.

 

 

 Ces jeunes gens pleins de vitalité sont des 'non professionnels' mais certains le deviendront peut- être un jour, le bonheur de jouer brille dans leurs yeux.

 Bravo et merci à tous

Claudine Arrazat

©françois Louis Athenas

Assistant à la mise en scène Issam Rachyq-Ahrad  / Création vidéo Nicolas Clauss  / Création sonore Christophe Séchet  / Regard extérieur chorégraphique Salia Sanou assisté de Jérôme Kaboré / Création lumières et régie générale Damien Klein  / Régie son Jérémy Gravier / <Costumes Ahmed Madani et Pascale Barré / Coach chant Dominique Magloire

Administratrice de production Pauline Dagron / Chargée de diffusion et de développement Rachel Barrier /  Site de la compagnie     madanicompagnie.fr

Du 11 au 22 mai I Théâtre Paris-Villette  211 Av. Jean Jaurès, 75019 Paris

Tag(s) : #Th Paris Villette, #Critiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :