Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

©DR

©DR

Spectaculaire, Envoutant, Fascinant.

Après « Nous sommes repus mais pas repentis » beau moment de théâtre qui m’avait chamboulé en 2018 au théâtre de Gennevilliers, c’est avec une grande curiosité que je me suis rendue au théâtre de l’Odéon voir cette nouvelle mise en scène de Séverine Chavrier. Ce fut un moment inoubliable !

Au milieu d’une forêt où un cerf et un chevreuil paissent tranquillement, se dresse une bâtisse délabrée et abandonnée.

Photo Alexandre_Ah-Kye1

Tout à coup surgissent des hommes aux allures de clochards une hache sur l’épaule. Dans un vacarme épouvantable, ils cassent les murs de la bicoque et y pénètrent. Ils découvrent un capharnaüm où règne une odeur épouvantable quand oh ! stupeur un cadavre apparait sous leurs yeux….

 

Cette demeure en décrépitude, c’est la Plâtrière où Konrad s’était retiré en compagnie de sa femme infirme. Konrad souhaitait le calme absolu et la solitude pour écrire son essaie sur L’Ouïe, œuvre de sa vie.

A travers une série de flash-back, nous allons revivre leurs 5 années d’isolements au milieu de cette forêt sombre et hostile où Madame Konrad a été retrouvée assassinée.

Mais pour quelle raison ?

Est-ce bien par son époux ?

Laurent Papot(Konrad) , Marijke Pinoy (son épouse) et Camille Voglaire (la jeune infirmière) nous content  avec grand brio cette tragédie familiale.

Florian Satche nous accompagne au son endiablé et percutant de sa batterie.

C’est saisissant.

© Louise Sari-louise_

Konrad et son épouse vivent un enfer.

Lui Konrad, souhaite se consacrer essentiellement à son œuvre mais il doit s’occuper de son épouse infirme, du ménage et de la cuisine, il est excédé et irrité et  exaspéré par des visiteurs perpétuels, livreurs, architectes, voisins….

Elle Madame Konrad, infirme, ne cesse de rabaisser et de dénigrer son époux responsable de son isolement dans cette étrange demeure où il l’assujettit  à des exercices de dictions permanents.

Konrad a condamné les fenêtres  pour s’isoler du bruit mais les portes claques et les cloisons vibrent en faisant un bruit foudroyant….

Nous sommes plongés dans un univers alarmant, les pigeons et un corbeau envahissent la demeure, la nuit les chiens errants aboient, des personnages masqués et bizarres hantes les lieux.

Des vidéos en temps réel dédoublent les scènes et les personnages, nous sommes entre le réel et le songe.

La mise en scène est impressionnante, Séverine Chavrier fait fusionner théâtres, musique, vidéo dans un tourbillon de lumière fascinant.

La scénographie de Louise Sari est éloquente.
La vidéo de Quentin Vigier et la lumière Germain Fourvel intensifient les émotions.

Photo_Alexandre_Ah-Kye

Laurent Papot est époustouflant, il incarne Konrad avec justesse et puissance, il nous captive.

Marijke Pinoy est étonnante et fracassante, elle nous fait frémir et nous émeut.

Camille Voglaire nous réjouit  par la justesse de son jeu.

 

Florian Satche est surprenant, sa musique nous transperce et nous ravie.

Bravo à tous pour cette magnifique polyphonie théâtrale.

Claudine Arrazat

-affiche_inoo

Ils nous ont oubliés
d’après La Plâtrière de Thomas Bernhard
Mise en scène Séverine Chavrier
Avec Laurent Papot, Marijke Pinoy, Camille Voglaire
Musicien Florian Satche
Education des oiseaux Tristan Plot
Scénographie Louise Sari
Création vidéo Quentin Vigier
Création son Simon d’Anselme de Puisaye, Séverine Chavrier
Création lumières Germain Fourvel
Création costumes Andrea Matweber
Assistante scénographie Amandine Riffaud
Construction du décor Julien Fleureau, Olivier Berthel
Conception de la forêt Hervé Mayon – La Licorne Verte
Accessoires Rodolphe Noret

Production CDN Orléans/Centre-Val de Loire
Coproduction Théâtre de Liège – Tax Shelter (Belgique), Théâtre National de Strasbourg, ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie, Tandem Scène Nationale, Teatre Nacional de Catalunya – Barcelone (Espagne)
Avec l’aide exceptionnelle de la région Centre-Val de Loire
Partenaires Odéon-Théâtre de l’Europe, JTN – Jeune Théâtre National – Paris, ENSATT – École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre – Lyon, Ircam – Institut de recherche et coordination acoustique/musique
Avec la participation du DICREéAM     Durée : 3h45 (entractes compris)   Odéon-Théâtre de l’Europe, Paris
du 12 au 27 avril 2022

Tag(s) : #Th de L'Odéon, #Critiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :