Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Copyright  Christophe Raynaud de Lage

Copyright Christophe Raynaud de Lage

Université de Rebibbia relate le court séjour dans la plus grande  prison de femmes d'Italie en 1980.

En cette période, Goliarda est épuisée, elle vient de se consacrer pendant une dizaine d’années à son ouvrage colossal L’art de la joie refusé par grands nombres d’éditeurs italiens.

Suite à un vol de bijoux, acte de détresse, de désespoir, de curiosité peu importe…   Goliarda est incarcérée à Rebibbia.

Copyright Christophe Raynaud de Lage

Goliarda intellectuelle, comédienne, écrivaine, féministe et anarchiste nous conte sa rencontre avec les prisonnières prostituées, junkies, voleuses ou jeunes révoltées dans ce milieu carcéral lors ces années de violences politiques.

Alison Cosson, Louise Vignaud ont adapté et nous font découvrir ce texte révélant le visage, les angoisses, les révoltes, les attentes de ces codétenues qui se rebâtissent une vie en dehors du monde.

Ces femmes avouent recevoir plus de soutien et de chaleur humaine dans cet univers fermé, surveillé mais protégé du monde extérieur où malheureusement elles sont seules.

Copyright Christophe Raynaud de Lage

Dés le premier tableau, la scénographie d’Irène Vignaud et l’éclairage ténébreux  de Luc Michel nous plongent  dans un monde hostile et inquiétant, le bruitage métallique de Clément Rousseau accentue cette impression de froideur et d’austérité.

En fond de plateau  sur une construction métallique à deux étages s’alignent les cellules des détenues donnant sur une cour fermée, bordée côté jardin d’une rangé de lavabos archaïques.

Nous sommes bien dans cet univers pénitentiere.

Les comédiennes Prune Beuchat, Magali Bonat, Nine de Montal, Pauline Vaubaillon, Charlotte Villalonga interprètent avec brio et vitalité plusieurs personnages passant de l’un à l’autre avec grande aisance.

Copyright Christophe Raynaud de Lage

Les vidéos Rohan Thomas, nous questionnent sur des témoignages de femmes en révolte ayant subi le pouvoir et la cruauté des années de Plomb.

Bien que ce spectacle soit intéressant et donne grande envie de lire « L’Université de Rebibbia de Goliarda  Sapienza » l’émotion manque au rendez-vous, les personnages haut en couleur sont  un  peu trop caricaturaux et ne nous chamboulent pas vraiment.

D’autre part, l’université mentionnée dans le titre passe un peu ,inaperçue.

Malgré cela, ce texte est une belle découverte  et les comédiennes nous réjouissent  par leur talent.

Claudine Arrazat

 

Copyright Christophe Raynaud de Lage

Avec  Prune Beuchat, Magali Bonat, Nine de Montal, Pauline Vaubaillon, Charlotte Villalonga

Participation de Réjane Bajard, Anne de Boissy, Djoly Gueye, Julie Guichard, Sarah Kristian, Marilyn Mattei

 Scénographie Irène Vignaud

Lumières Luc Michel

Costumes Cindy Lombardi

Son Clément Rousseaux

Vidéo Rohan Thomas

Assistanat à la mise en scène Sarah Chovelon

Copyright Christophe Raynaud de Lage

Théâtre de la Tempête - Cartoucherie

 

Route du champ-de-manoeuvre
75012   Paris
Jusqu’au 16 janvier

Tag(s) : #Th de la Tempete, #Critiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :