Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

. ©DR

. ©DR

Magnifique, Poignant, Grandiose.

‘La voix profonde de Jacques Weber resonne, le public frémi . Sa colère et son indignation est grande et violente…Cordélia lui a répondu : RIEN’

 

Le roi Lear, deux drames familiaux qui s’entrecoupent et se rejoignent.

. ©DR

Au palais des rois de l'île de Bretagne, le roi Lear vieillissant  réunit ses filles.

Sa décision est prise, il se retire du pouvoir et divise son royaume entre ses trois filles. Mais la plus large part sera offerte à celle qui saura lui déclarer qu'elle l'aime le mieux.

Régane et Goneril se prêtent au jeu hypocritement, elles se partagent les terres.

 

Cordélia la plus jeune joue l’honnêteté, elle est chassée  du royaume par son père,   c’était sa fille préférée.

Dans un même temps, au château du comte de Gloucester, Edmond le fils bâtard trahit son père et son frère Edgard pour s’octroyer l’héritage.  

. ©DR

Les deux pères trompés, bannissent les enfants qu’ils devraient aimer. Tous deux nous entrainent dans leur descente aux enfers.

Orgueil, vanité, tromperie, traitrise, convoitise, complot, folie nourrissent bon nombre de personnages.

. ©DR

 

La mise en scène de Georges Lavaudant est rythmée, harmonieuse et magnifiquement orchestrée. Les décors sobres et symboliques font ressortir la profondeur du texte, sa poésie, sa cruauté, la souffrance et la détermination des personnages.

La lumière ainsi que la musique intensifient les émotions. Les différents tableaux se suivent avec fluidité. C’est limpide et grandiose.

 

 

 

 

Les comédiens sont impressionnants de vérité et de puissance.

Notre grand Jacques Weber. Le roi Lear, grandiose, majestueux, coléreux, dur, intransigeant  devient au fil du temps un  vieillard tendre perdu dans la folie et la désillusion, c’est bouleversant. « une jeune fille à mes côté était en larme.. »

François Marthouret interprète avec grand talent Gloucester, son jeu tout en sensibilité et en profondeur nous chavire et émeut.

Babacar M’baye incarne avec grand brio et prestance Kent, il nous impressionne et nous captive.

Manuel Le Lievre, est un formidable fou qui nous amuse et nous réjouit.

Merci à tous

C’est un grand moment de théâtre.

Claudine Arrazat
 

 

Avec Jacques Weber, Astrid Bas, Frédéric Borie Cornouailles, Thomas Durand, Babacar M’baye Fall, Clovis Fouin-Agoutin, Bénédicte Guilbert, Manuel Le Lièvre, François Marthouret, Laurent Papot, Jose-Antonio Pereira, Grace Seri, Thomas Trigeaud, Thibault Vinçon

Assistante mise en scène Fani Carenco
Créateur Son Jean-Louis Imbert
Créateurs lumières Cristobal Castillo Mora, Georges Lavaudant
Traduction, dramaturgie Daniel Loayza
Décor et costumes Jean-Pierre Vergier
Assistante costumes Siegrid Petit-Imbert
Maquillages, coiffures et perruques Sylvie Cailler, Jocelyne Milazzo
Maître d’armes François Rostain
Répétitrice chant Isabelle Lopez
Régisseur général Philippe Chef
Régisseur plateau Yann-Kevin Berger
Cheffe Habilleuse Christine Bazin
Habilleuse Marion Vincent

Dans le cadre de la programmation hors les murs du Théâtre de la Ville - Paris

Production déléguée Théâtre Gymnase-Bernardines, Marseille - Compagnie LG théâtre.
Coproduction MC2, Grenoble – TNP, Villeurbanne – Comédie de Caen – Théâtre de la VilleParis – L’Archipel, Perpignan.
Avec le soutien de la MC93 pour le prêt de costumes.

Représentations Du 3 au 28 novembre 2021
Du mardi au samedi à 19h, dimanche 15h Théâtre de La Porte St Martin

Tag(s) : #TH de La Ville, #Critiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :