Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je ne cours pas je vole   d’ Elodie Menant  mise en scène  Johanna Boyé

Dynamique, Pétulant,Réjouissant.

Après Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty ? (Molière 2020 du spectacle musical /Molière 2O2O de la révélation féminine pour Élodie Menant /mon coup de cœur d’Avignon 2019) ; la nouvelle collaboration d’Élodie Menant et Johanna Boyé est magnifiquement réussie.

C’est dynamique, vivant, bouillonnant. Une chorégraphie réglée au fil du rasoir, un texte riche, intelligent et percutant. Bravo

C’est l’histoire de la passion, du dépassement de soi coûte que coûte, des heures d’entrainements loin de l’insouciance de la jeunesse, loin des siens. Pour un jour être à la première place sur le podium.

©DR

« Se battre, foncer, s’entrainer, avoir confiance en soi, dépasser la souffrance, affronter la pression des sponsors, de la famille, du public… »

Julie Ménart est une jeune athlète qui depuis 12 ans s’entraine sans merci pour l’épreuve de  800 m    ayant pour objectif   les JO de 2008.

Son père est intransigeant et l’encourage à outrance, son frère atteint d’une cardio- myopathie et ne pouvant faire de sport, vit à travers elle et lui voue une admiration sans fin. Il ne faut point les décevoir….

 Lors de la demi-finale Julie a très mal à la cheville, elle fonce, elle s’acharne.

©DR

 

 

« Aujourd’hui, j’ai un mental de championne et ce n’est pas ma douleur au tendon d’Achille qui me fera fléchir. Non ! Aujourd’hui je vais marquer l’histoire ! »

 

« Dans les derniers mètres ton corps est au suppléai mais tu continues, tu fonces »

 

 

Elle tombe, l’accident est arrivé, fracture du tendon d’Achille…

Julie va-t-elle remonter la pente ?

A travers ses rêves et ses cauchemards,  nous rencontreront Bolt, Nadal, Manaudou et Gebrselassie qui viendront la soutenir et l’encourager, lui parler de leurs motivations et de leurs angoisses.

Julie cours-t-elle pour plaire à son père, pour ne pas décevoir son frère, son coach…. Ou pour son plaisir ?     Doit- elle écouter sa mère qui lui conseille d’arrêter ?     

Quel est son désir ?

 

Johana Boyer joue avec les flash- back, cela qui donne une grande dynamique à ce magnifique texte d’Elodie Menant profond et pertinent.

Julie,  Vanessa Cailhol  est entourée de cinq comediens/danseurs  Olivier Dote Doevi, Axel Mandron, Elodie Menant, Youna Noiret, Laurent Paolini qui  incarnent une multitude de rôles,  les parents, le petit frère, les amis, les amoureux, le coach, les journalistes, Bolt, Nadal, Manaudou et Gebrselassie. Tous sont fabuleux, époustouflants.

Bravo à tous.

Claudine Arrazat

Création sonore : Mehdi Bourayou / Chorégraphe : Johan Nus

Costumes : Marion Rebmann  /Lumières : Cyril Manetta

Scénographe : Camille Duchemin / Perruques : Julie Poulain

Assist. costumes : Fanny Gautreau / Assist. mise en scène : Caroline Stefanucci

© DR

Théâtre du Roi René 4 bis, rue Grivolas
84000 - Avignon du 7 au 31 juillet – à 15H20 Relâches : 12, 19, 26 juillet

Tag(s) : #Avignon 2021, #Critiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :