Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 photo Marion Duhamel.

photo Marion Duhamel.

Émouvant, Captivant, Enthousiaste.

Grand merci à Catherine Salviat de nous faire découvrir avec grand talent, ce texte autobiographique et  éloquent d’Agota Kristof (1935/2011)

Agota Kristof découvre le plaisir des mots en s’installant au fond de la classe de son père instituteur, « punition » de sa mère ; Agota fait trop de bruit auprès du petit frère……

« Sans m’en apercevoir, j’attrape la maladie inguérissable de la lecture »

Tous les férus de lecture le savent et ont souvent entendu comme Agota Kristof.

« Elle ne fait rien, elle lit tout le temps… »

En 1949, Agota Kristof entre  en internat, le plaisir de raconter des histoires l’amuse et la séduise , l’écriture nous dit-elle viendra plus tard.

photo Marion Duhamel.

 

 

Mais l’enfance s’éloigne peu à peu….

La mort de Staline, puis l’exil en 1956 alors qu’elle est âgée de 21 ans.

 

 

 

« J’ai laissé en Hongrie mon journal…mes frères…mais surtout j’ai perdu mon appartenance à un peuple. »

Le déracinement, la vie en usine, le désir de devenir écrivain

« il faut d’abord  écrire naturellement … continuer… même si cela n’intéresse personne »

 L’apprentissage d’une nouvelle langue.

« Écrire en français, j’y suis obligée, c’est un défi, le défi d’une analphabète »

Ce texte simple, sobre, captivant est plein d’optimisme, de volonté et d’amour de la vie.

Scénographie et lumières François Cabanat, mettent en valeur la profondeur du texte. Les titres de chapitres projetés sur un écran en fond de scène et les jeux de lumière ponctuent les différentes étapes du  fabuleux chemin parcouru par  Agota Kristof couronnée par le Goncourt en1995.

Catherine Salviat hypnotise les spectateurs,  les entraine avec brio et leur fait revivre avec justesse, émotion, tendresse et grand talent, le parcours  escarpé, difficile d' Agota Kristof toujours téméraire et enthousiaste.  

Claudine Arrazat

*Catherine Salviat rend hommage au metteur en scène Nabil El Azan, disparu en 2018, qui lui confia ce texte en 2015.

 Artistic Théâtre
45 bis, rue Richard Lenoir
75011   Paris

du mercredi 12 février 2020
au dimanche 15 mars 2020

Tag(s) : #Artistic Théatre, #Critiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :