Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 ®Alain_Willaume

®Alain_Willaume

Wajdi Mouawad a encore frappé, on ne peut être indifférent à son théâtre, quel grand conteur !

Une histoire décousue remplie de flashbacks, de rebondissements et merveilleusement bien construite.

Un mélange de fiction, de série TV, de cinéma, de thriller, de sciences et vies, d’historia… Le tout est arrosé d’une sauce onctueuse d’émotion, de vérité et de philosophie.

Tout commence comme dans Incendie chez le notaire où après la mort accidentelle de sa mère, Hippolyte découvre une situation perturbante et surprenante.

Sa mère est bigame…

Son père n’est pas son géniteur.

Nous partons en compagnie d’Hippolyte à la rencontre de ce père géniteur vivant au Canada.

Nous voyageons dans cette saga familiale, quatre générations se croisent dans un tourbillon d’évènements tous plus inétendus les uns que les autres. Nous sommes subjugués.

Nous entrons dans l’intimité de ces personnages, dans leur désarroi et leur souffrance.

Ils sont déchirés par la violence des sentiments, l’amour, la trahison, la jalousie, le mensonge mais aussi par l’abandon, le viol, la mort….

Ils luttent pour survivre et surmonter leur déroute comme des fauves, ils sont en cage, enfermés et prisonniers sans le savoir d’un pacte secret.

Pacte passé il y a 50 ans entre la mère et belle-mère canadienne d’Hippolyte.

Ces non-dits qui étouffent leur vie et créent des agissements dramatiques.

 

Croyant protéger les siens, on les perd car on est incapable de dire.

 

Non-dit qui sera révélé, dés lors la consolation et la réconciliation apparaitront.

 

Cette pièce est composée de deux actes : « Hippolyte » et « Lazare »

La première partie nous suivons le parcours d’Hippolyte perdu dans les méandres de sa vie de fils, de père et d’époux.

Les personnages chutent et se perdent. Les secrets et les silences ont détruit cette famille.

La violence souvent présente est entrecoupée de scènes plus émoustillantes qui calment la tension.

En parallèle Hippolyte cinéaste s’embrouille aussi dans le montage de son film.

Les flashbacks se succèdent, c’est intense et captivant.

Le décor se construit et se déconstruit à l’aide de cloisons mobiles avec grande élégance.

 

La deuxième partie est une sorte d’épilogue, l’apaisement et la reconstruction sont là. La vérité et la parole ont surgi. C’est poétique, esthétique.

Lazare, cosmonaute nous interroge sur l’avenir de notre planète, nous sommes un peu dans sciences et vie. Nous nous envolons dans les méandres de l’univers.

 

Les comédiens sont tous d’un grand talent, ils nous émeuvent, nous font frissonner et nous questionnent bien après les applaudissements.

Claudine Arrazat

Fauves   texte et mise en scène de Wajdi Mouawad

Equipe artistique

texte et mise en scène Wajdi Mouawad

avec Ralph Amoussou, Lubna Azabal, Jade Fortineau, Hugues Frenette, Julie Julien, Reina Kakudate, Jérôme Kircher, Norah Krief, Maxime Le Gac‑Olanié, Gilles Renaud, Yuriy Zavalnyouk
 

assistanat à la mise en scène Valérie Nègre

dramaturgie Charlotte Farcet

conseil artistique François Ismert

musique originale Paweł Mykietyn

scénographie Emmanuel Clolus assisté de Sophie Leroux

lumières Elsa Revol

son Michel Maurer assisté de Sylvère Caton

costumes Emmanuelle Thomas assistée d’Isabelle Flosi

maquillage, coiffure Cécile Kretschmar

suivi du texte Élisa Seigneur-Guerrini

traductions japonais Shintaro Fujii anglais Ralph Amoussou

kalaallisut / groenlandais Pierre Auzias, Annie Kerouedan

voix Estrella Drouet-Egede, Hugues Frenette, Michel Maurer, Louise Turcot

chorégraphie combats Samuel Kefi Abrikh
coach boxe Guillaume Hauet

interprète polonais Maciej Krysz

Les accessoires, costumes et décors ont été réalisés dans les ateliers
de La Colline.

 ®Alain_Willaume

®Alain_Willaume

Tag(s) : #Th. de la Colline, #Critiques

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :